patrie

patrie [ patri ] n. f.
• 1511; lat. patria « pays du père », de pater
1Nation, communauté politique à laquelle on appartient ou à laquelle on a le sentiment d'appartenir; pays habité par cette communauté. nation, 1. pays. Il considère la France comme sa patrie. Aimer sa patrie; amour de la patrie ( patriote; patriotisme) . La mère patrie. Fuir, quitter sa patrie : s'expatrier. Faire revenir dans sa patrie : rapatrier. Avoir la même patrie. compatriote. Mourir pour la patrie. Bien mériter de la patrie. La patrie reconnaissante. Qui n'a pas de patrie. apatride, sans-patrie. La science, l'art n'a pas de patrie, concerne tous les hommes. « L'égoïsme et la haine ont seuls une patrie; La fraternité n'en a pas ! » (Lamartine) . C'est ma seconde patrie, le pays qui m'est le plus cher, après le mien.
Allus. hist. « Ingrate patrie, tu n'auras pas mes os » (paroles attribuées à Scipion l'Africain). « On n'emporte pas la patrie à la semelle de ses souliers » (Danton). « Allons, enfants de la patrie » (La Marseillaise). Honneur et patrie, devise de certains régiments. — Travail, Famille, Patrie, devise du gouvernement de Vichy.
Province, région, ville natale. Clermont-Ferrand est la patrie de Pascal.
2(1835) La patrie de la poésie, de l'art : le pays où fleurissent l'art, la poésie. « Venise, patrie des brumes » (Flaubert).

patrie nom féminin (latin patria) Pays où l'on est né ou auquel on appartient comme citoyen, et pour lequel on a un attachement affectif. Province, ville, etc., où l'on est né : Saint-Malo est la patrie de Jacques Cartier. Communauté, nation à laquelle quelqu'un a le sentiment d'appartenir : Avoir une seconde patrie. Lieu où l'on compte un grand nombre de personnes, d'animaux, de plantes, etc., d'un genre déterminé : La Hollande est la patrie des tulipes.patrie (citations) nom féminin (latin patria) Pierre Laurent Buirette, dit Dormont de Belloy Saint-Flour 1727-Paris 1775 Académie française, 1771 Plus je vis d'étrangers, plus j'aimai ma patrie. Le Siège de Calais Charles de Brosses Dijon 1709-Paris 1777 L'amour de la patrie, vertu dominante des grandes âmes, me saisit toujours à l'aspect d'une bouteille de vin de Bourgogne. Lettres italiennes, à MM. de Tournay et de Neuilly Albert Camus Mondovi, aujourd'hui Deraan, Algérie, 1913-Villeblevin, Yonne, 1960 Oui, j'ai une patrie : la langue française. Carnets Gallimard Denis Diderot Langres 1713-Paris 1784 Il n'y a plus de patrie ; je ne vois d'un pôle à l'autre que des tyrans et des esclaves. Le Neveu de Rameau François de Salignac de La Mothe-Fénelon château de Fénelon, Périgord, 1651-Cambrai 1715 La patrie d'un cochon se trouve partout où il y a du gland. Dialogue des morts François de Salignac de La Mothe-Fénelon château de Fénelon, Périgord, 1651-Cambrai 1715 Le bon historien n'est d'aucun temps ni d'aucun pays : quoiqu'il aime sa patrie, il ne la flatte jamais en rien. Lettre à l'Académie Anatole François Thibault, dit Anatole France Paris 1844-La Béchellerie, Saint-Cyr-sur-Loire, 1924 Académie française, 1896 On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels. In l'Humanité 30 novembre 1922 Robert Garnier La Ferté-Bernard 1545 ?-Le Mans 1590 Le pays est partout où l'on se trouve bien, La terre est aux mortels une maison commune. Bradamante Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie Ont droit qu'à leur cercueil la foule vienne et prie. Les Chants du crépuscule, Hymne Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Gloire à notre France éternelle ! Gloire à ceux qui sont morts pour elle ! Aux martyrs ! aux vaillants ! aux forts ! Les Chants du crépuscule, Hymne Henri Lacordaire Recey-sur-Ource, Côte-d'Or, 1802-Sorèze 1861 Académie française, 1860 Le gouvernement d'un pays n'est pas la nation, encore moins la patrie. Lettres, à un jeune homme Alphonse de Prât de Lamartine Mâcon 1790-Paris 1869 C'est la cendre des morts qui créa la patrie. La Chute d'un ange Alphonse de Prât de Lamartine Mâcon 1790-Paris 1869 L'égoïsme et la haine ont seuls une patrie ; La fraternité n'en a pas ! Poésies diverses, la Marseillaise de la paix Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755 Si je savais quelque chose qui me fût utile et qui fût préjudiciable à ma famille, je le rejetterais de mon esprit. Si je savais quelque chose utile à ma famille et qui ne le fût pas à ma patrie, je chercherais à l'oublier. Si je savais quelque chose utile à ma patrie et qui fût préjudiciable à l'Europe, ou bien qui fût utile à l'Europe et préjudiciable au genre humain, je la regarderais comme un crime. Mes pensées Alfred de Musset Paris 1810-Paris 1857 Les grands artistes n'ont pas de patrie. Lorenzaccio, I, 5, l'orfèvre Louis Pasteur Dole 1822-Villeneuve-l'Étang, Marnes-la-Coquette, 1895 La science n'a pas de patrie. Discours d'inauguration de l'Institut Pasteur, 14 novembre 1888 Charles Péguy Orléans 1873-Villeroy, Seine-et-Marne, 1914 Les patries sont toujours défendues par les gueux, livrées par les riches. Notre patrie Gallimard Pierre Joseph Proudhon Besançon 1809-Paris 1865 Périsse la patrie, et que l'humanité soit sauvée. La Fédération et l'unité en Italie Paul Raynal Narbonne 1885-Paris 1971 Nous n'avons de patrie que dans nos âmes. A souffert sous Ponce Pilate Stock Ernest Renan Tréguier 1823-Paris 1892 Une patrie se compose des morts qui l'ont fondée aussi bien que des vivants qui la continuent. Discours et conférences, Réponse au discours de réception de Ferdinand de Lesseps, à l'Académie française, 23 avril 1884 Lévy Claude Joseph Rouget de Lisle Lons-le-Saunier 1760-Choisy-le-Roi 1836 Allons, enfants de la Patrie, Le jour de gloire est arrivé. La Marseillaise Claude Joseph Rouget de Lisle Lons-le-Saunier 1760-Choisy-le-Roi 1836 Amour sacré de la Patrie, Conduis, soutiens nos bras vengeurs. La Marseillaise Claude Joseph Rouget de Lisle Lons-le-Saunier 1760-Choisy-le-Roi 1836 Mourir pour la patrie, C'est le sort le plus beau, le plus digne d'envie ! Roland à Roncevaux Commentaire Vers repris par A. Dumas et A. Maquet pour le chœur des Girondins de leur drame le Chevalier de Maison-Rouge (1847). Jean-Jacques Rousseau Genève 1712-Ermenonville, 1778 Ces deux mots patrie et citoyen doivent être effacés des langues modernes. Émile ou De l'éducation Louis Antoine Léon Saint-Just Decize 1767-Paris 1794 Soyons ingrats si nous voulons sauver la patrie. Fragments sur les institutions républicaines François Marie Arouet, dit Voltaire Paris 1694-Paris 1778 La patrie est aux lieux où l'âme est enchaînée. Le Fanatisme ou Mahomet le prophète, I, 2, Palmire Cicéron, en latin Marcus Tullius Cicero Arpinum 106-Formies 43 avant J.-C. Partout où l'on est bien, là est la patrie. Patria est ubicumque est bene. Tusculanes, V, 37 Commentaire Cette pensée, citée par Cicéron et dont il ne nomme pas l'auteur, peut être un vers de Pacuvius. On ne la connaît et on ne la cite guère que sous la forme : « Ubi bene, ibi patria ». Jean-Baptiste Colbert Reims 1619-Paris 1683 Pour le roi, souvent ; pour la patrie, toujours. Pro rege saepe, pro patria semper. Commentaire Devise de Colbert. Horace, en latin Quintus Horatius Flaccus Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C. Il est doux, il est beau de mourir pour sa patrie. Dulce et decorum est pro patria mori. Odes, III, II, 13 Aristophane Athènes vers 445-vers 386 avant J.-C. Où l'on est bien, là est la patrie. Ploutos, 1151 (traduction J.-C. Labracherie) Georges Jacques Danton Arcis-sur-Aube 1759-Paris 1794 Est-ce qu'on emporte la patrie à la semelle de ses souliers ? Commentaire Par cette phrase, Danton condamnait l'attitude des émigrés. Il refusa de fuir lorsqu'on le lui conseilla et brava la vindicte de Robespierre. Hugo von Hofmannsthal Vienne 1874-Rodaun, près de Vienne, 1929 La langue est tout ce qui reste à celui qui est privé de sa patrie. Mais la langue, il est vrai, contient tout. Die Sprache ist alles, was einem bleibt, der seine Heimat entbehren muß. Aber sie enthält auch alles. Tournures françaises Neftalí Ricardo Reyes, dit Pablo Neruda Parral 1904-Santiago 1973 Nous demandons une patrie pour celui qui a été humilié. Pedimos patria para el humillado. Chant généralpatrie (expressions) nom féminin (latin patria) Mère patrie, pays où l'on est né. ● patrie (synonymes) nom féminin (latin patria) Pays où l'on est né ou auquel on appartient comme...
Synonymes :
- pays natal

patrie
n. f.
d1./d Pays dont on est originaire, nation dont on fait partie ou à laquelle on se sent lié.
d2./d Région, localité où l'on est né.
d3./d Fig. La patrie des sciences, des arts: le pays où les sciences, les arts sont particulièrement en honneur.

⇒PATRIE, subst. fém.
I. A. —[L'accent est mis sur l'aspect concr., géogr.]
1. Terre des ancêtres, pays natal. Pourquoi le prononcer ce nom de la patrie? Dans son brillant exil mon coeur en a frémi (LAMART., Harm., 1830, p.392). Pour nous, la patrie, c'est le sol et les ancêtres, c'est la terre de nos morts (BARRÈS, Scènes et doctr., t.1, 1902, p.67):
1. Le mot patrie chez les anciens signifiait la terre des pères, terra patria, gé patris. La patrie de chaque homme était la part de sol que sa religion domestique ou nationale avait sanctifiée, la terre où étaient déposés les ossements de ses ancêtres et que leurs âmes occupaient. La petite patrie était l'enclos de la famille, avec son tombeau et son foyer. La grande patrie était la cité, avec son prytanée et ses héros...
FUSTEL DE COUL., Cité antique, 1864, p.251.
La (petite) patrie. Région, ville ou village où l'on est né. Charles étoit de Valence, patrie de sa tante (BALZAC, Annette, t.1, 1824, p.32). Le village de Nesles-la-Vallée est la patrie de vos ancêtres paternels (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.94). Lorsque les îliens, exhortés par leurs chefs, avaient poussé Thomas à s'installer dans le presbytère, ils obéissaient à leur amour farouche pour leur petite patrie (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p.160).
♦[P. allus. hist.] On n'emporte pas la patrie à la semelle de ses souliers, de ses talons. On emporte, quoi qu'en ait dit Danton, la patrie à la semelle de ses talons et l'on porte au coeur, sans le savoir, la poussière de ses ancêtres morts (FLAUB., Corresp., 1852, p.441). Citer Gambetta: «On n'emporte pas la patrie à la semelle de ses souliers. Une terre n'est habitable que si elle a des morts» (BARRÈS, Cahiers, t.2, 1901, p.251).
2. Pays de la communauté politique à laquelle on appartient (par la naissance ou par un attachement particulier) et dont l'histoire, la langue, la culture, les traditions, les habitudes de vie nous sont chères. Autre, belle, chère, grande, nouvelle, véritable, vraie patrie; sol de la patrie; aimer, quitter la/sa patrie. Je suis en exil, effroyablement loin de ma patrie, absolument seul dans un trou (BLOY, Journal, 1800, p.398). Un certain lieu de l'univers, par rapport seulement à sa position géographique et à sa nature physique, on l'appelle pays (...). Mais lorsqu'on vient à considérer cette même région dans son rapport avec l'homme qui la possède et qui a droit d'y habiter (...) alors elle s'appelle Patrie. Mais c'est toujours la même chose, et il est impossible d'avoir un Pays sans une Patrie, ni une Patrie sans un Pays (J. DE MAISTRE, Corresp., 1810, p.481):
2. ... n'oublions pas que le mot de patrie, né de la cité antique, ne paraît dans la langue française qu'au moment où la France devient un état compact et cohérent comme était la cité antique. Cela se passe au XVIe siècle (il n'y a pas lieu de tenir compte de l'exemple du XVe siècle donné par Littré, et qui n'est qu'un proverbe transposé du latin). Patrie [it.ds le texte] est un néologisme de la Défense et illustration, et Charles Fontaine le reproche à Du Bellay: «Qui a pays n'a que faire de patrie... Le nom de patrie est obliquement entré et venu en France nouvellement et les autres corruptions italiques».
THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p.227.
Au fig. Ne pas avoir de patrie. Ne pas être concerné par les problèmes de nationalité ou de frontières. Si j'étais un grand artiste, j'aimerais les princes, parce qu'eux seuls peuvent faire entreprendre de grands travaux; les grands artistes n'ont pas de patrie (MUSSET, Lorenzaccio, 1834, I, 5, p.111).
La céleste patrie, la patrie céleste. Le paradis des chrétiens. Les hommes et les femmes naissent communément en nombre égal; ils doivent se réunir dans la patrie céleste comme sur la terre. Que ferait une ame isolée dans le ciel même? (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p.340). Élever nos coeurs et nos regards vers les bienheureux habitans de la céleste patrie (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p.CX).
Patrie adoptive, d'adoption; seconde patrie. Région, pays auquel on est attaché par des liens puissants. Je désire vous fixer dans ma cour, cependant vous êtes le maître de la quitter; mais n'oubliez pas que la France sera toujours pour vous une seconde patrie (GENLIS, Chev. Cygne, t.2, 1795, p.6). Combray, Combray, s'écriait-elle (...). Et le ton presque chanté sur lequel elle déclamait cette invocation eût pu, chez Françoise, (...) faire soupçonner (...) que la patrie perdue qu'elle pleurait n'était qu'une patrie d'adoption (PROUST, Guermantes 1, 1920, p.18).
En compos. Mère(-)patrie. V. mère.
B.P. méton. [L'accent est mis sur l'aspect abstr., affectif] La communauté politique à laquelle on appartient dans son unité géographique, économique, historique, linguistique, culturelle. Enfant, père de la patrie; intérêts, malheurs de la patrie; traître, utile à la patrie. Après avoir élevé votre patrie au rang des nations, vous remîtes vos emplois militaires au Chef de l'Union, pour rentrer dans la classe des citoyens (CRÈVECOEUR, Voyage, t.1, 1801, p.XVI). L'année dernière, je [Mitterand] vous demandais de résister (...) à l'exaspération des intérêts particuliers, à tout ce qui menace et divise la patrie dans son existence même (Le Monde, 25 mars 1983, p.9, col. 4):
3. La patrie. Sous la monarchie absolue l'idée de patrie n'existait qu'à peine. Le roi était la nation. Jean II ou François Ier prisonniers, la patrie était près du roi. En 1789, la patrie s'est séparée de la personne royale. La guillotine de Louis XVI a fait le divorce. Aujourd'hui l'idée de patrie fuit par les bords et menace de se perdre dans l'idée d'humanité.
VIGNY, Journal poète, 1846, p.1236.
Expr. Aux grands hommes la patrie reconnaissante. [Inscription écrite au fronton du Panthéon]. Honneur et Patrie. [Devise de certains régiments et durant la deuxième guerre mondiale, devise des émissions de radio de la France libre]. Fais graver dessus:Honneur et Patrie, me dit-il, c'est l'histoire de nos deux dernières campagnes (BALZAC, Méd. camp., 1833, p.261). C'était avec colère que nous entendions les speakers de la radio américaine (...) nasiller la devise des émissions de la France libre : «Honneur et patrie!» pour annoncer les propos, faits et gestes de l'amiral Darlan (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p.50).
[Pendant la Révolution, considérée comme une pers., une divinité incarnant les idées nouvelles] Autel, culte de la patrie. Ces soldats qui ont déposé leurs armes aux pieds de la patrie alarmée, n'étoient-ils pas du peuple? (ROBESP., Discours, Marc d'argent, t.7, 1791, p.167). On chercha des institutions propres à exalter, à nourrir l'amour de la patrie, qui renfermait celui de sa législation, ou même de ses usages (CONDORCET, Esq. tabl. hist., 1794, p.57):
4. Chère patrie, je verrai donc tes enfants réunis en une douce société de frères, reposant avec sécurité sous l'empire sacré des lois, vivant dans l'abondance et la concorde, animés de l'amour du bien public, et heureux de ton bonheur! Je les verrai formant une nation éclairée, judicieuse, brillante, redoutable, invincible...
MARAT, Pamphlets, Offrande à la Patrie, 1789, p.35.
Expr. Allons, enfants de la patrie. Premier vers de l'hymne national la Marseillaise. Allons, enfants de la patrie, Le jour de gloire est arrivé! Quel chant dans un moment pareil! Il nous rendit presque fous!... Les cris de: «Vive la nation!» ne finissaient plus (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.1, 1870, p.509).
La patrie en danger. [Décret du 11 juillet 1792 déclarant la patrie en danger, et ordonnant la levée de 50 000 volontaires de la garde nationale] Un autre [décret] institua, le 5, la réquisition générale des hommes valides et des armes en cas de péril national, et l'assemblée déclara effectivement, le 11, la patrie en danger (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p.256).
[Au XXes., considérée comme un des symboles des idées traditionalistes, réactionnaires] Il avait renié ses idées subversives, et, sur son mâle visage se lisaient désormais l'amour de la patrie, le culte du devoir, et la réprobation de toute littérature (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p.27). Patrie, famille, propriété, la richesse pour les riches, la gale pour les galeux, peu pour les gens de peu et rien du tout pour les hommes de rien (CLAUDEL, Soulier, 1929, 3e journée, 10, p.825):
5. Jamais plus une inquiétude dans son regard... On voit que sa vie repose sur des bases solides. Plus violemment que jamais, il est pour la famille, pour la propriété, pour la religion, pour la marine, pour l'armée, pour la patrie... Moi, il m'épate!
MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p.375.
(Ligue) la Patrie française. Ligue nationaliste fondée en 1898 en réplique à la ligue des Droits de l'homme, regroupant des antidreyfusards autour des thèmes en faveur de l'armée et de la patrie. Nous connaissons, depuis le boulangisme et la Patrie Française, le néant de ces programmes-là qui reposant sur une chimère, ne peuvent mener qu'à des déboires (L. DAUDET, Brév. journ., 1936, p.140).
Expr. Travail, Famille, Patrie. Pendant la seconde guerre mondiale, devise du gouvernement de Vichy. Le retour à la terre, l'exaltation des valeurs traditionnelles, le culte des vertus familiales que seule peut conserver une société patriarcale, paysanne ou artisanale. La formule «Travail, Famille, Patrie» remplace la devise républicaine «Liberté, Égalité, Fraternité» (Hist. gén. des civilisations, Paris, P.U.F., t.7, 1966, p.368).
SYNT. Amour, défense, défenseur, ennemi de la patrie; défendre, libérer, sauver, trahir la patrie; mourir, verser son sang pour la patrie; mort pour la patrie; avoir bien mérité de la patrie; déclarer la patrie en danger; la patrie reconnaissante; vive la patrie.
En compos. Sans-patrie. Personne qui ne se sent pas attachée à une patrie. Il est nécessaire que le sale juif soit le coupable, grâce à la complicité de nous tous, les sans-Dieu et les sans-patrie, qui pourrissons la jeunesse française! (ZOLA, Vérité, 1902, p.33). Dans bien des cas, la patrie aura été défendue par des «sans-patrie», et abandonnée par des «patriotes» (MAURIAC, Bâillon dén., 1945, p.401).
II.P. ext. Lieu dans lequel on se sent à l'aise, communauté. Là du moins [en Angleterre] il devait trouver un monde à son gré, une de ses patries intellectuelles (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t.14, 1860, p.429). Le marin, dont la patrie est la mer (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p.182):
6. Nous avons été nous promener mercredi, veille de mon départ, et chacun des objets que je voyais, me présentait l'idée d'une prochaine privation; chaque allée, chaque arbre étaient-ils donc la source d'un plaisir auquel il faut que je renonce? Le château de Loewenstein est devenu ma patrie.
SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p.1641.
III.P. anal. Patrie de
A. —[Le compl. déterminatif est un plur.] Lieu d'élection, pays où l'on rencontre un grand nombre de.
1. [Le compl. déterminatif désigne des animés] Mon plus beau rêve qui va se réaliser enfin dans la patrie des éléphants (VERNE, Enf. cap. Grant, t.1, 1868, p.55). Saint-James était la patrie des excentriques (MORAND, Londres, 1933, p.204). Le matin, en ouvrant les yeux, je retrouve enfin la Terre, je reviens dans la patrie des fleurs, des rivières et des hommes (AYMÉ, Uranus, 1948, p.69).
2. [Le compl. déterminatif désigne des inanimés] Rome maintenant n'est-elle pas la patrie des tombeaux! (STAËL, Corinne, t.1, 1807, p.86). L'Italie fut de tout temps la patrie des drames nocturnes et des coups de stylet (PONSON DU TERR., Rocambole, t.1, 1859, p.54).
En partic. Lieu d'origine:
7. Les recherches de N. I. Vavilov (1931) ont permis de définir les centres d'origine de nos espèces fruitières. Le Caucase est le foyer principal de leur formation; c'est la patrie d'au moins 80 espèces sauvages, ancêtres de nos arbres et arbustes fruitiers, la plupart des espèces cultivées chez nous étant originaires de Transcaucasie.
BOULAY, Arboric. et prod. fruit., 1961, p.24.
B. —[Le compl. déterminatif est un sing. et désigne gén. un inanimé abstr.] Lieu, milieu d'excellence à; pays de. Patrie de l'art, de la liberté. Les papes ont su faire de ce beau pays la patrie de la haine. Ce patriotisme d'antichambre est (...) la haine inexorable pour tout ce qui est étranger (STENDHAL, Amour, 1822, p.171). Ulric (...) passa en Angleterre pour mettre fin à ses jours. —Pourquoi en Angleterre? demanda un des convives. —Parce que c'est la patrie du spleen (MURGER, Scènes vie jeun., 1851, p.6). Les capitalistes étrangers toujours prêts à attaquer la patrie du socialisme (VEDEL, Dr. constit., 1949, p.235).
REM. Patrial, -ale, -aux, adj., hapax. Vos trois lettres, lues coup sur coup, me baignaient l'âme d'affections pures et douces, comme l'eau patriale de la Seine me rafraîchissait le corps (BALZAC, Lettres Étr., 1837, p.392).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep.1694. Étymol. et Hist.1. 1516 «nation, communauté politique à laquelle on appartient ou à laquelle on a le sentiment d'appartenir» (GRINGORE, Fantaisies, prose, p.55 ap. Ch. OULMONT, Ét. sur la lang. de Pierre Gringore, p.120); 1547 la céleste patrie «le paradis» (MARGUERITE DE NAVARRE, Nativité, 1092 ds Comédies, éd. F.-E. Schneegans, p.39); 1798 la mère patrie «pays dont une colonie dépend» (Ac., s.v. mère); 2. 1611 «lieu, ville où l'on est né» (COTGR.); 1868 petite patrie «id.» (LITTRÉ); 3. 1770 la patrie de «le pays, le lieu où l'on rencontre par excellence certaines choses, certaines personnes, etc.» (BUFFON, Hist. nat. des oiseaux, t.1, p.438). Empr. au lat. class. patria «pays natal, sol natal», en lat. chrét. et en lat. médiév. «pays, région» et «paradis» (caelestis patria), v. BLAISE Lat. chrét. et FEW t.8, p.20b. Fréq. abs. littér.:5805. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 13350, b) 7374; XXes.: a) 7421, b) 4879. Bbg. DUB. Pol. 1962, p.368. — DUPONT-FERRIER (G.). R. d'Hist. 1940, n° 188, pp.88-104. — FIELD (T. J.). The Concept of la patrie in French writing, 1894-1914. Wales, 1972, 311 p.— GODECHOT (J.). Nation, patrie, nationalisme et patriotisme en France au 18es. In: 13e Congrès Internat. des sc. hist. Moscou. 1970 ... Paris, 1973. — JONARD (N.). L'Idée de patrie en Italie et en France au XVIIIes. R. de Litt. Comp. 1964, t.38, n° 1, pp.61-100. — MOTS. 1982, n° 4, pp.192-193. — QUEM. DDL t.11, 22. — RABOTIN (M.). Le Vocab. pol. et socio-ethnique à Montréal de 1829 à 1842. Paris, 1975, p.82, 84, 92. — VARDAR Soc. pol. 1973 [1970] p.283. — VIDOS (B. E.). Archivum Romanicum. 1930, t.14, p.143.

patrie [patʀi] n. f.
ÉTYM. 1511; lat. patria « pays du père », de pater « père ».
1 Nation, communauté politique à laquelle on appartient ou à laquelle on a le sentiment d'appartenir; pays habité par cette communauté. Nation, pays; cité (3.); → Berceau, cit. 4; 1. bien, cit. 46; drapeau, cit. 2; 3. mort, cit. 9, Renan; nationaliste, cit. 3; patrimoine, cit. 2. || La patrie de qqn, sa patrie. || Une patrie. || Être né dans sa patrie, loin de sa patrie. || Province conquise dont les habitants sont arrachés à leur patrie. || Le sol de la patrie. || « C'est la cendre des morts (cit. 6) qui créa la patrie » (Lamartine). || Aimer sa patrie; amour de la patrie. Patriote, patriotisme (→ Amour, cit. 5; héros, cit. 13). || Idolâtre (cit. 8) de sa patrie. || Enthousiasme (cit. 13) de la patrie. || Dévouement du citoyen pour sa patrie. Civisme. || Hostile à sa patrie. Antipatriote, antipatriotisme. || Trahir sa patrie. || Fuir sa patrie. Expatrier (s'). || Bannir (cit. 28) quelqu'un de sa patrie… (→ aussi Exil, cit. 4, 8 et 10). || Le mal (cit. 22) du pays, regret de la patrie. || Faire revenir un exilé dans sa patrie. Rapatrier. || Changer de patrie (→ Naturaliser, cit. 2). || Considérer un pays d'accueil comme sa patrie.Seconde patrie : pays qu'une personne adopte pour patrie.N'avoir ni foyer ni patrie (→ Cosmopolite, cit. 1). || Personne sans patrie, sans nationalité. Apatride, heimatlos, sans-patrie. || Avoir la même patrie que quelqu'un. Compatriote.La patrie menacée (→ 1. Ban, cit. 7), en danger (→ Appartenir, cit. 7; casse-pipe, cit. 1; lâche, cit. 10). Spécialt. || La patrie en danger, au temps des décrets révolutionnaires de 1792 (4-6 juillet, 11 juillet). || Défense de la patrie (→ Anathème, cit. 4; mourir, cit. 30).Mourir pour la patrie (→ Beau, cit. 54; fraternité, cit. 7). || « Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie » (→ Gloire, cit. 20). — ☑ La mère patrie (→ Immoler, cit. 15); spécialt : la métropole (par rapport à des colonies, à des territoires lointains, etc.).Le culte, l'autel (cit. 21) de la patrie.Travail, Famille, Patrie, devise du gouvernement de Vichy.
1 On voit là toutes les choses qui unissent les citoyens et entre eux et avec leur patrie : les autels et les sacrifices, la gloire, les biens, le repos et la sûreté de la vie, en un mot la société des choses divines et humaines.
Bossuet, Politique, I, VI, I.
2 Telle est donc la condition humaine, que souhaiter la grandeur de son pays c'est souhaiter du mal à ses voisins. Celui qui voudrait que sa patrie ne fût jamais ni plus grande, ni plus petite, ni plus riche, ni plus pauvre, serait le citoyen de l'univers.
Voltaire, Dict. philosophique, Patrie.
3 Je ne pense plus à mon ancienne patrie qu'avec indifférence (…) Ce n'est pas que je me croie quitte envers elle; on ne l'est jamais qu'à la mort. J'ai le zèle du devoir encore, mais j'ai perdu celui de l'attachement. Mais où est-elle, cette patrie ? existe-t-elle encore ? (…) Ce ne sont ni les murs ni les hommes qui font la patrie : ce sont les lois, les mœurs, les coutumes, le gouvernement, la constitution, la manière d'être qui résulte de tout cela. La patrie est dans la relation de l'État à ses membres; quand ces relations changent ou s'anéantissent, la patrie s'évanouit.
Rousseau, Correspondance, 1er mars 1764.
4 La patrie n'est point un mot que l'imagination se soit complue d'embellir; c'est un être auquel on a fait des sacrifices, à qui l'on s'attache chaque jour davantage par les sollicitudes qu'il cause; qu'on a créé par de grands efforts, qui s'élève au milieu des inquiétudes, et qu'on aime, autant par ce qu'il coûte que par ce qu'on en espère.
Roland, Lettre au roi, 10 juin 1792, in Brunot, Hist. de la langue franç., t. IX, p. 640.
5 (…) quand la liberté a disparu, il reste un pays, mais il n'y a plus de patrie.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. IV, p. 299.
6 Ô patrie ! ô patrie ! ineffable mystère !
Mot sublime et terrible ! inconcevable amour !
L'homme n'est-il donc né que pour un coin de terre,
Pour y bâtir son nid, et pour y vivre un jour ?
A. de Musset, Poésies posthumes, « Retour ».
7 (…) l'idée de la patrie, c'est-à-dire d'une certaine portion de terrain dessinée sur la carte et séparée des autres par une ligne rouge ou bleue, non ! la patrie est pour moi le pays que j'aime, c'est-à-dire celui que je rêve, celui où je me trouve bien.
Flaubert, Correspondance, 113, 6 août 1846.
8 Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent (…) voilà les conditions essentielles pour être un peuple. On aime en proportion des sacrifices qu'on a consentis, des maux qu'on a soufferts. On aime la maison qu'on a bâtie et qu'on transmet. Le chant spartiate : « Nous sommes ce que vous fûtes; nous serons ce que vous êtes » est dans sa simplicité l'hymne abrégé de toute patrie.
Renan, Qu'est-ce qu'une nation ? III, Œ. compl., t. I, p. 904.
9 La patrie est une société naturelle, ou, ce qui revient absolument au même, historique. Son caractère décisif est la naissance. On ne choisit pas plus sa patrie. — la terre de ses pères — que l'on ne choisit son père et sa mère.
Ch. Maurras, Mes idées politiques, La Patrie, p. 252.
10 Certainement le mot Patrie, par exemple, ne comprend pas les mêmes paysages pour le paysan du nord de la France et pour celui du midi; il n'est pas compris de même par le cultivateur et par l'intellectuel; par le pauvre et par le riche. Mais c'est un mot de ralliement. Et lorsque nous entendons que « La Patrie est en danger », l'important c'est que nous nous levions et unissions pour la défendre.
Gide, Attendu que…, p. 39-40.
Pays, État (par rapport à une activité). || La science (→ Flambeau, cit. 13), l'art n'a pas de patrie (→ Artiste, cit. 5 et 6).
11 Nations ! mot pompeux pour dire : Barbarie !
L'amour s'arrête-t-il où s'arrêtent vos pas ?
Déchirez ces drapeaux; une autre voix vous crie :
« L'égoïsme et la haine ont seuls une patrie;
La fraternité n'en a pas ! »
Lamartine, Poésies diverses, « Marseillaise de la paix ».
Allus. hist. Ingrate patrie, tu n'auras pas mes os. — ☑ On n'emporte (cit. 9) pas la patrie à la semelle de ses souliers (→ aussi Labourer, cit. 4). — ☑ Aux grands hommes, la patrie reconnaissante (→ Fronton, cit. 3).« Allons, enfants (cit. 35) de la patrie… »Honneur et patrie, devise de certains régiments, de certaines troupes ( Armée).Pour la patrie (cf. lat. Pro patria).
Par ext. Province, région, ville natale. || Genève patrie de Jean-Jacques Rousseau.
12 On se demandait comment s'accomplirait le sacrifice de la patrie provinciale, du sol natal, des souvenirs, des préjugés envieillis (…) Eh bien, la grande patrie leur apparaît sur l'autel, qui leur ouvre les bras (…) Tous s'y jettent, et tous s'oublient; ils ne savent plus ce jour-là de quelle province ils étaient (…)
Michelet, Hist. de la Révolution franç., III, XI.
L'autre patrie (→ Éternel, cit. 32), la patrie céleste (→ Exil, cit. 14), le ciel des chrétiens, le paradis.Par métaphore :
13 Chaque artiste semble ainsi comme le citoyen d'une patrie inconnue, oubliée de lui-même, différente de celle d'où viendra, appareillant pour la terre, un autre grand artiste (…) Cette patrie perdue, les musiciens ne se la rappellent pas, mais chacun d'eux reste toujours inconsciemment accordé en un certain unisson avec elle; il délire de joie quand il chante selon sa patrie (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. XII, p. 68.
2 Par ext. Lieu, endroit où l'on est, où l'on se sent chez soi. || La patrie est partout où l'on se trouve bien (cit. 11).
14 Les gens qui parcourent le monde se croient délivrés de toute servitude; ne pensez-vous pas qu'il leur faut s'improviser une patrie dans leur entrepont de navire ou leur wagon de chemin de fer ? Ils doivent parfois même, emporter cette patrie minuscule dans leur valise, dans leur poche, dans le regard d'un compagnon chéri.
G. Duhamel, Salavin, I, XX.
Par métaphore, fig. Milieu dans lequel on se sent à l'aise, avec lequel on est en harmonie. || La République, cette patrie morale (→ Guerrier, cit. 10).
3 (1835). Contrée, climat propice au développement de…, où il y a beaucoup de… || La patrie des neiges éternelles… || La patrie de la poésie, de l'art : le pays où fleurissent l'art, la poésie… || Athènes, patrie des philosophes, de la philosophie…
15 C'est en Hollande seulement et à Venise, patrie des brumes, qu'il y a eu de grands coloristes.
Flaubert, Correspondance, 397, 6-7 juin 1853.
COMP. Apatrié.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • patrie — PÁTRIE, patrii, s.f. 1. Mediu politic, social şi cultural în care îşi desfăşoară viaţa şi lupta fiecare popor; teritoriu locuit de un popor; ţară în care s a născut cineva şi al cărei cetăţean este. ♢ Patrie mamă (sau mumă) = ţară din care s a… …   Dicționar Român

  • patrie — Patrie. s. f. Le lieu natal, le païs dans lequel on est né. La France est nostre Patrie. l amour de la patrie. pour le bien de la patrie. pour le service de sa patrie. servir sa patrie. deffendre sa patrie. mourir pour sa patrie. le devoir envers …   Dictionnaire de l'Académie française

  • patrie — Patrie, f. penacut. Est francisé, du Latin Patria, qu on dit pays de naïssance. Qui a trahi sa patrie, Proditor patriae …   Thresor de la langue françoyse

  • Patrie, La — Patrie, La, Pariser politische Zeitung, 1841 begründet, unterstützte seit 1848 Ludwig Napoleon und wurde unter der Republik durch Millevoye zum hervorragendsten Organ der Revanche; sie ging 1905 in den Besitz einer Gesellschaft von Fabrikanten… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • patrie — (pa trie) s. f. 1°   Pays où l on a pris naissance. •   Mourir pour sa patrie est un sort plein d appas Pour quiconque à des fers préfère le trépas, CORN. Oedipe, II, 3. •   Chacun songe comment il s acquittera de sa condition ; mais, pour le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Patrie —          ANDRADE (Mario Paul de Morais, dit Mario de)     Bio express : Écrivain brésilien (1893 1945)     «La patrie est au hasard des migrations et du pain que Dieu donne.»     Source : Le Poète mange des cacahuètes     Mot(s) clé(s) : Dieu… …   Dictionnaire des citations politiques

  • PATRIE — SECTION PREMIÈRE.     Nous nous bornerons ici, selon notre usage, à proposer quelques questions que nous ne pouvons résoudre.     Un Juif a t il une patrie ? S il est né à Coimbre, c est au milieu d une troupe d ignorants absurdes qui… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • Patrie — Pour les articles homonymes, voir Patrie (homonymie). Le mot patrie désigne, étymologiquement, le pays des pères. L équivalent allemand est Vaterland ou Heimat, et en anglais, father land ou birthplace. Suivant les époques, les lieux et les… …   Wikipédia en Français

  • PATRIE — s. f. Le pays où l on a pris naissance. La France est notre patrie. Dans des contrées pauvres, dont le climat est rude, on voit les hommes chérir leur patrie. L équipage poussa des cris de joie en revoyant la patrie. Dans l exil, le coeur palpite …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PATRIE — n. f. La terre des ancêtres, le pays où l’on est né, la nation dont on fait partie, la société politique dont on est membre. La France est notre patrie. Solon donna des lois à sa patrie. Cicéron fut appelé le Père de la patrie. Bien mériter de la …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.